Un musée à selfie pour une médiation culturelle réinventée

12-04-2015

Art in Island, le musée à Selfie de Manille

Il est loin le temps où les photographies étaient interdites dans les musées. Avec l’invasion des smartphones, les prises de vues se multiplient. A manille, le premier centre culturel dédié aux selfies a ouvert. Une autre façon de penser la muséographie et la médiation culturelle.

De la capitale du selfie au musée ludique

Le selfie, cet art de l’autoportrait avec un appareil photo tenu à bout de bras ou sur une perche, a largement été popularisé par les grands acteurs du marketing et du tourisme. Art nombriliste diraient nombre de ses détracteurs, puisque l’objectif est de se montrer, si possible dans un lieu ou une situation unique. Le selfie fait partie intégrante du marketing personnel.

Mais qu’en est-il des musées ? Faut-il attendre que les autres spectateurs aient finis de se photographier devant les œuvres pour pouvoir les admirer ? En France, le ministère de la culture et de la communication a lancé une charte de bonnes pratiques : « Tous photographes ».

Manille avec 258 selfies postés sur Instagram pour 100 000 hab, en une semaine, serait la capitale mondiale du selfie. C’est là que s’est ouvert « Art in Island », fièrement auto-proclamé premier musée à selfie du monde. Quand vous visitez un musée d’art, vous êtes censés regarder autour de vous sans faire un bruit. Vous ne garderez même pas une preuve de votre passage. C’est pour ceux qui pensent que ce genre de visite ne leur convient pas, que nous avons construit un musée entièrement dédié aux selfies », commente Art in Island sur Facebook.

Jouer avec les œuvres pour mieux les appréhender ?

Les musées doivent-ils être ludiques pour intéresser les jeunes ? Les œuvres d’art désacralisées ? Ici, le visiteur peut toucher et manipuler des copies en 3d d’œuvres classiques. Certaines œuvres sont découpées ou incitent à leur reconstitution. D’autres incitent à entrer au cœur du tableau et à se photographier.

Bien entendu, Il n’y a pas que des œuvres d’art. D’autres représentations en trompe l’œil ou en maquettes plongent le spectateur dans d’autres univers : l’Egypte des pharaons, les dinosaures ou le surf.

Vers des musées parc d’attractions ?

Mine de rien, ce musée questionne le rapport que l’on peut avoir face aux œuvres d’art.

  • Qu’est ce qui est le plus important de l’œuvre originelle ou de la copie pour être sensibilisé à l’art ? Un selfie avec une copie de la joconde vaut-il plus qu’un selfie avec sa reproduction ?
  • Peut-on s’amuser avec l’art ? Faut-il mélanger œuvres d’art et dinosaures ?
  • Mais au-delà du jeu, est ce que ce musée débouche – si c’est son objectif – sur une médiation culturelle ? Est-ce que l’on sait en quoi la Joconde est-elle si importante dans l’histoire de l’art ?

Sources :

Envie d'en savoir plus ? Découvrez toutes les formations de Startech Normandy dédiées au Etourisme