Les données des réseaux sociaux et objets connectés aiguisent les appétits des assureurs

21-11-2016

Admiral, un assureur qui souhaitait utiliser Facebook pour ajuster ses tarifs

Que révèlent de votre comportement de conducteur les données que vous publiez sur Facebook ? Et qui a accès au contenu de votre frigo connecté ? Votre assureur ? Votre banquier ? Dans ce cas, il faudra peut-être éviter les matières grasses si vous ne voulez pas voir les tarifs augmenter…

Ce que vous postez sur Facebook révélerait le conducteur que vous êtes

D’après le Guardian, Admiral, un assureur du Royaume-Uni souhaitait utiliser les données que publient ses clients sur Facebook pour personnaliser ses tarifs d’assurance automobile.

Son programme, appelé, FirstCarQuote analyse les publications et les likes pour déterminer le profil de ses utilisateurs. Ainsi, si vous utilisez régulièrement les termes « toujours » ou « jamais », cela serait révélateur d’un conducteur trop sûr de lui, à l’inverse du terme « peut-être ». Ce programme expérimental était volontaire avec en contrepartie l’appât d’une réduction jusqu’à 350 livres/ an de la prime d’assurance.

Depuis, Facebook a interdit à Admiral d’utiliser ses données pour créer sa police d’assurance automobile sous prétexte de la protection de la vie privée de ses utilisateurs. Pour Alex Hern du Guardian, la conclusion est différente : « Si Facebook s’en prend ainsi à Admiral, c’est parce que la société a violé le droit exclusif de Facebook à être la seule société à utiliser ses données pour discriminer ». En effet, l’an dernier Facebook a déposé un brevet s’accordant le droit de faire ce type de traitement pour des tiers comme les banques et assurances.

L’internet des objets, enjeu de taille pour les assureurs

Pour Jathan Sadowski, spécialiste en éthique de la technologie, l’internet des objets (IoT) permettra des moyens plus invasifs pour surveiller et contrôler le comportements de chacun. L’analyse des données collectées ne permettra pas seulement de faire baisser les primes d’assurance. Elle permettra aussi d’optimiser les prix. L’assurance devrait devenir le midèle d’affaires de l’internet des objets. Ce n’est pas pour rien si de grandes sociétés technologiques s’y intéressent de près : Dell a ouvert un accélérateur dédié à l’assurance, Microsoft un partenariat avec American Family Insurance.

Finalement, qu’est-ce qu’un assureur ?

Si aujourd’hui les différents dispositifs proposés par les assureurs se font sur la base du volontariat, en contrepartie d’une baisse des primes d’assurances, cela risque d’évoluer fortement. Demain une commande d’aliment gras, les heures où vous conduisez, face à la densité du trafic se transformeront peut-être en pénalités.

L’internet des objets permettra avant tout aux assureurs d’augmenter leurs revenus et rendements. La personnalisation des tarifs risque au final de rendre les utilisateurs plus démunis pour comprendre ou contester des tarifs.

Reste à savoir quel est le rôle d’un assureur ? N’est-ce pas de répartir le risque entre les différents assurés ? Est-ce que les assurés accepteront ce changement ou est ce qu’ils inventeront des objets pour tricher ?

Pour Jathan Sadowski, « Quand les industries aspirent avec enthousiasme à l’innovation, ce n’est pas parce qu’elles seront l’objet de la perturbation »

Source :

Articles complémentaires :

Besoin d'aller plus loin ? Assistez à l'une de nos formations aux réseaux sociaux