Quand le numérique amplifie les stéréotypes

07-09-2015

Diffusion de stéréotypes par Google

Lorsque vous faites une recherche sur Internet, quelle est la part des résultats qui correspond à des stéréotypes ? Quelle part de résultat vous surprend ?

Les algorithmes des moteurs de recherche et des services de publicités en ligne diffusent de nombreux stéréotypes et les amplifient.

Des résultats de recherche (trop) orientés ?

Lorsque l’on commence à taper sa requête dans la barre de recherche Google, l’outil appelé Google Suggest propose, par auto complétion les mots clés les plus recherchés par les internautes en association avec le mot-clé que vous venez de taper. Objectif, faciliter la recherche en suggérant requêtes les plus populaires, donc davantage susceptibles de vous convenir. Mais en réagissant de la sorte, le moteur de recherche devient aussi une caisse de résonance pour les stéréotypes négatifs. Tapez « « Les femmes sont » dans Google et observez les résultats… Google a d’ailleurs supprimé le mot clé « Arnaque » de cet outil, suite à plusieurs polémiques.

De même, si vous tapez « PDG » (ou CEO) dans un moteur de recherche d’images, vous devriez trouver essentiellement des hommes blancs. Exit les 27% de femmes PDG. Elles ne seraient plus que 11% dans les résultats de recherche. Quant aux dirigeants ayant une couleur de peau différente…

Les algorithmes, porteur d’idéologie

La publicité sur Internet est davantage ciblée que dans un journal papier. Vous ne verrez pas les mêmes publicités que votre voisin. Des algorithmes tentent de déterminer vos différents centres d’intérêts en fonction de votre historique de navigation, de votre localisation ou de ce que vous publiez sur les réseaux sociaux. Ce qui permet ensuite de vous adresser les publicités les plus pertinentes, donc les plus susceptibles de vous faire acheter. Mais cette technologie est aussi basée sur des suppositions, parfois erronées. Ainsi, le profil d’une femme, pourra être reconsidéré comme étant celui d’un homme par ces algorithmes, si elle a montré un intérêt pour la technologie et les ordinateurs…

Des chercheurs ont aussi créé plusieurs centaines de faux comptes, dont les caractéristiques étaient les mêmes sauf pour les genres. Etonnamment, les publicités pour des postes mieux payés étaient six fois plus nombreuses pour les profils « homme » que pour les profils « femmes », ayant des compétences et niveaux d’éducation identiques.

Ces algorithmes informatiques véhiculent donc, de manière consciente ou inconsciente, de nombreux stéréotypes. Alors, à quand une discrimination positive dans les résultats de recherches ?

Sources :