Les plug-ins « J’aime » de Facebook tracent l’ensemble des internautes

30-11-2015

Vous n’êtes pas sur Facebook ? Pourtant Facebook vous connait… Les plug-ins «J’aime », présents sur de nombreux sites tiers permettent à Facebook de tracer les internautes. Face à ce constat, la justice belge, saisie par la commission belge pour la protection de la vie privée a condamné Facebook à cesser de tracer les internautes sous peines d’astreintes.

Des plug-ins « J’aime » qui vous tracent !

De nombreux sites proposent des modules pour vous inciter à partager la ou les pages qui vous intéressent auprès de vos amis sur les réseaux sociaux existants. En apparence anodins et conçus initialement pour faire la promotion des réseaux sociaux, certains de ces plug-ins laissent des cookies sur les ordinateurs des internautes.

Les cookies sont de petits fichiers qui enregistrent et communiquent les informations de navigations, les heures, etc, permettant in fine le profilage de l’internaute.

De même, il est possible de consulter les pages « entreprise » sur Facebook sans avoir de compte facebook (par exemple en suivant le lien suivant : https://www.facebook.com/echangeurbassenormandie) A nouveau un cookie est déposé et vous êtes tracé, même si vous n’avez pas de compte Facebook.

La récolte de données personnelles n’est pas synonyme de gratuité

La Commission de protection de la vie privée belge reproche aussi à Facebook d’inclure dans ses conditions générales d’utilisation (CGU) le fait que l’ensemble des informations collectées puissent être utilisées à des fins publicitaires.

Si la création et l’usage de Facebook sont annoncés comme gratuits, cela pose d’autres questions. Lorsqu’il y a une contrepartie sous forme de concession sur les données personnelles est ce que l’argument de la gratuité peut être retenu ? Les données personnelles étant souvent considérées comme le pétrole du XXIème siècle.

Quelle législation pour les géants d’Internet ?

Sans surprise, Facebook a contesté la compétence de la commission belge ainsi que l’application de la législation belge, considérant qu’elle est soumise aux lois et autorités irlandaise.

De son côté, la Commission de protection de la vie privée belge estime que la sprl Facebook Belgium est un « établissement » dont les activités sont indissociablement liées à celles du responsable du traitement, ce qui rend la loi belge applicable.

Cette affaire pose une fois de plus la question de la législation applicable pour les géants du net, par nature transfrontalier. En attendant Facebook a fait appel de cette décision.

Source :

Retrouvez l'ensemble de nos formations sur Facebook et les réseaux sociaux