Les monnaies numériques au service de la dématérialisation ?

24-09-2014

Philippe Mariani (UMP), président de la commission des Finances et François Marc (PS), rapporteur général ont rendu public le 4 août 2014, un rapport intitulé « la régulation à l’épreuve de l’innovation : les pouvoirs publics face au développement des monnaies virtuelles ». Les monnaies numériques pourraient être une source d’innovation pour la dématérialisation.

Les monnaies numériques au service de la dématérialisation

Le Bitcoin et les monnaies numériques

Les monnaies numériques, dont le Bitcoin est le représentant le plus médiatisé, font bouger les lignes du système financier actuel, suscitant l’attention des autorités comme du secteur bancaire. Si les risques, tels l’extrême volatilité du cours de cette monnaie, l’anonymat des acheteurs, aubaine pour la cybercriminalité ou la faillite de plateformes d’échanges en ligne sont largement médiatisés, les monnaies numériques sont aussi source d’innovation.

Les pouvoirs publics travaillent actuellement à la mise en place d’un encadrement juridique équilibré afin d’empêcher les dérives, sans compromettre cette capacité d’innovation. Actuellement la France fait à cet égard preuve d’un libéralisme prudent, en n’interdisant pas les monnaies virtuelles mais en assujettissant les plateformes au statut encadré de prestataire de service de paiement (PSP).

Un système pour se passer des tiers de confiance ?

Mais, les deux sénateurs attirent aussi l’attention sur la technologie homonyme qui génère les Bitcoins. En effet, « le bitcoin offre une très grande sécurité des transactions : celles-ci sont cryptées et validées par un grand nombre d’ordinateurs, de manière décentralisée, sans passer par un système “central” par définition plus vulnérable ».

S’il est possible de valider des transactions financières, pourquoi ne pas utiliser ce système pour sécuriser des mots de passe, modifier l’usage des certificats et la signature électronique ? Actuellement ces technologies nécessitent la présence de Tiers de confiance qui valident l’identité d’une personne. Avec la technologie Bitcoin, aucun « Tiers de confiance » ne se trouve jamais en possession de l’information complète, mais celle-ci est néanmoins parfaitement vérifiée.

Déjà quelques projets…

Ainsi , l’entreprise Ethereum, a le projet de décentraliser et sécuriser via le protocole Bitcoin des échanges en tous genre entre individus, comme des noms de domaine, des échanges financiers ou  des contrats…

Sources :