Les géants du Web paient pour éviter le blocage des publicités

03-02-2015

Ad Block Plus, un bloqueur de pub

Un grand nombre d’internautes allergiques à la publicité sur Internet ont recours à des outils bloquant son affichage. Mais le blocage des publicités peut aussi être une activité lucrative, comme pour Eyeo, l’éditeur du célèbre outil Adblock Plus.

Depuis 2011, Adblock Plus intègre une liste blanche qui autorise les publicités jugées acceptables, celles qui respectent certains critères comme ne pas gêner le contenu d’une page.

Mais au moins trois grands noms du Web, échappent au blocage de leurs publicités en contrepartie d’un paiement dont le montant est confidentiel, selon le Financial Times.

Il s’agit du géant mondial de la publicité, Google, mais aussi d’Amazon et de Microsoft dont les pubs sont donc jugées « acceptables ».

La somme atteignait dans son cas 30% des recettes publicitaires supplémentaires dégagées du fait de l’absence de blocage. Un coût non négligeable… mais inférieur néanmoins au manque à gagner dû à un blocage.

Car l’usage des logiciels antipub tendrait à s’accroître. Selon des données de PageFair et Adobe, le nombre d’utilisateurs aurait progressé de 70% l’année dernière pour atteindre 144 millions dans le monde. En France, ils seraient au moins 5 millions.

La popularité des bloqueurs et le modèle économique d’Eyeo suscitent naturellement le mécontentement des industriels de la publicité et des éditeurs de sites vivant de la publicité.

Cette industrie doit-elle et peut-elle repenser ses pratiques ?

Source

  • zdnet.fr

Besoin de maitriser la publicité sur Internet ? Découvrez les formations de Startech Normandy