Implant parties : quand la technologie se glisse sous la peau !

12-07-2015

Implant parties - des puces sous la peau

Ouvrir sa porte sans clés, payer sans carte bancaire, connaitre le nom d’une personne simplement en lui serrant la main…. étendre les pouvoirs de ses mains en y incluant une puce NFC... Autant d’usages promis par les transhumanistes, mais qui ne sont pas sans poser nombre de questions éthiques.Alors, prêts à être pucés, comme les animaux ?

Une puce NFC au creux de votre main ?

Implanter une puce n’est pas nouveau. Cette pratique existe depuis longtemps sur les animaux, qu’il s’agisse du bétail ou d’animaux domestiques. Alors pourquoi ne pas essayer sur l’homme ? Cette pratique qui peut sembler étonnante est de plus en plus en vogue chez les biohackers.

Hannes Sjöblad, transhumaniste et porte-parole de l’Université de la Singularité dans son pays, a découvert il y a quelques mois un nouveau type de puce sous cutanée fonctionnant avec la technologie NFC (Near Field Contact), décuplant les possibilités d’utilisation. Parallèlement, il décide d’initier des « implants parties ». Objectif de ces évènements : permettre à qui le souhaite de se faire implanter une puce électronique sous la peau.

La pose de l'implant est simple, mais, comme pour toute pratique où la peau est percée, il y a risque d’infection. Il est donc préférable de le faire avec une personne habilitée et dans un champ opératoire stérile. L’implant mesure la taille d’un grain de riz et est encapsulé dans une couche de verre hermétique, elle-même recouverte de plastique.

En théorie, ce dispositif pourrait être conservé pendant plusieurs dizaines d'années. Mais ceux qui les portent ne souhaitent pas conserver un produit obsolète et compte bien en changer dès qu'une nouvelle technologie sera disponible.

Ethique, transhumanisme et fantasmes humains.

Ces pratiques ne sont pas sans poser de nombreux débats.

Le courant « transhumaniste », courant multiple et très varié, considère que certains aspects de la condition humaine, tels le handicap, la maladie, le vieillissement ou la mort peuvent être contournés, si ce n’est complètement réduit à néant par les biotechnologies. Certains considèrent que les premiers hommes à vivre 1000 ans sont déjà nés.

Cette vision, où la technologie permettrait de tout résoudre simplement provoque de nombreux débats. L’immortalité reste un vieux fantasme humain, comme le dépassement de tout ce qui « limite » les sens humains.

Mais pour vous, s’agit-il plutôt de science fiction ou bien de progrès technologique ?

Sources : 01net.com et wikipedia.org