Galileo, le GPS européen est opérationnel !

02-01-2017

logo de Galileo, le GPS européen

21 ans après le GPS, Galileo, le système de géolocalisation européen est enfin opérationnel. Il devrait monter en charge progressivement jusqu’en 2020. Un enjeu stratégique pour l’Union Européenne et son indépendance.

Pourquoi créer un GPS européen ?

Depuis plusieurs années, la géolocalisation mondiale est notamment assurée par le système américain GPS (Global Positioning System), opérationnel depuis 1995. La Russie dispose de son propre système Glonass, ainsi que la Chine avec Beidou.

A l’origine le système GPS est un projet militaire américain. Système plusieurs fois déconnecté, soit à des fins stratégiques ou politiques. Dès 1989, l’Europe a souhaité développer son propre système, afin d’être à terme une puissance militaire et politique mondiale. De leur côté les autorités américaines ont tenté de l’arrêter.

Galileo est aussi un enjeu commercial stratégique. Selon une étude de l’agence spatiale française, 10% du PIB européen dépend d’ores et déjà de la géolocalisation par satellite. Ce chiffre pourrait monter à 30% en 2030.

« La géolocalisation, au cœur de la révolution numérique »

Dans le communiqué de la commission Européenne, le vice-président de la Commission européenne chargé de l'union de l'énergie Maroš Šefčovič, a indiqué : «La géolocalisation est au cœur de la révolution numérique actuelle (…). Galileo (…) contribuera à la mise en place de la prochaine génération de technologies utilisant la géolocalisation, telles que les véhicules autonomes, les dispositifs connectés ou les services urbains intelligents

Actuellement, la constellation Galileo est composée de 18 satellites, déjà en orbite. A termes, en 2020, Il devrait y avoir 30 satellites dont 6 de réserve. La précision attendue étant meilleure que le GPS. Soit 4 mètres horizontalement et 8 mètres en altitude, contre une vingtaine pour le service américain. En version payante, la précision de Galileo atteindrait le centimètre.

Enfin, le système Galileo est compatible avec le GPS. Les systèmes existants n’ont pas besoin d’être modifiés pour capter ce nouveau signal.

Opérations d’urgences, navigation plus précise,… les différents services attendus par Galileo

Parmi les services attendus et listés :

  • L’appui aux opérations d’urgence, avec une détection plus rapide, notamment lorsque les personnes sont perdues en pleine mer ou en montagne. Service qui devrait être complété ultérieurement avec des notifications à l’expéditeur lorsque les secours arrivent.
  • Une navigation plus précise pour les citoyens, notamment lorsque le maillage urbain est dense ou à l’inverse en zone désertique et ce, avec un signal plus stable.
  • Une meilleure synchronisation pour les infrastructures critiques : par exemple, les opérations bancaires et financières, les télécommunications, les réseaux de distribution, etc.
  • Des services plus sûrs pour les pouvoir publics, notamment pour les douanes et forces de police.

Sources :