Facebook face à la neutralité politique

19-09-2016

Message de Facebook incitant à aller voter

Selon Reuteurs Digital Report 2016, 40% des français s’informent via les réseaux sociaux.

Mais, le plus utilisé d’entre eux, Facebook, est actuellement au cœur de plusieurs polémiques aux Outre Atlantique. Il est accusé d’influer la campagne présidentielle des Etats Unis.

Médias sociaux et politique, enjeu démocratique

La version américaine de Facebook propose des « Trending topics » (« sujets tendances » en français), qui mettent en avant dans le fil d’information des internautes, les sujets d’actualité les plus discutés. Chaque sujet est affiché sous forme de mot-clé, suivi d’une description du sujet rédigée par des employés de Facebook.

Depuis quelques mois, cette fonctionnalité créé la polémique aux Etats Unis. Selon le site Gizmodo, Facebook aurait censuré des sites conservateurs dans cet espace. D’anciens sous-traitants ayant travaillé sur les « trending topics » accusent certains responsables d’équipe d’avoir censuré des sujets d’actualité concernant le parti républicain.   

Les algorithmes plus neutres que les humains ?

En réaction, Facebook rappelé les règles auxquelles étaient soumises les équipes travaillant sur les « Trending topics ». «Ces règles interdisent toute censure sur la base d’opinions politiques ». Le réseau social a aussi confirmé que le rôle de ses employés dans la sélection et la rédaction des trending topics serait diminué, au profit d’algorithmes mathématiques.

Cette solution n’est pas forcément plus neutre. Elle a laissé passer de fausses informations :

Ainsi, le 29 août, un article publié sur un site proche de Donald Trump, affirmait que la présentatrice de Fox News, Megyn Kelly avait été licenciée par la chaîne pour proximité supposée avec Hillary Clinton. L’histoire, totalement inventée s’est glissé dans les trending topics et est resté plusieurs heures dans la sélection de Facebook avant d’en être supprimé.

340 000 votes supplémentaires via Facebook en 2010

C’est que l’influence de ce réseau social n’est pas anodine. En 2010, lors des élections du congrès américain, une expérience a été menée : 60 millions d’utilisateurs ont reçu sur leur mur Facebook un message leur rappelant le jour des élections, la liste des bureaux de vote et le profils d’amis mentionnant leur participation à l’élection. Ce message aurait permis d’enregistrer 340 000 votes supplémentaires.

Un message similaire qui ne serait affiché qu’aux électeurs démocrates ou républicains, pourrait ainsi favoriser un camp politique plutôt qu’un autre.

Parallèlement, une étude publiée début 2016 indiquait que Google avait aussi une grande influence : la seule position d’un lien vers un site dans les résultats de recherche impacte très fortement les opinions des personnes.

Sources :

Articles similaires :

Besoin d'aller plus loin ? Découvrez les formations de Startech Normandy aux réseaux sociaux