E-administration : un compte unique pour les administrations françaises

02-10-2014

Il est aujourd’hui obligatoire d’avoir un compte spécifique à chaque service public en ligne (impôts, CAF, Assurance maladie…), mais la situation devrait bientôt évoluer.

L’État travaille actuellement sur un projet qui permettra aux internautes d’avoir un seul compte qui fonctionnera partout.

Le secrétaire d’État chargé de la Réforme de l’État et de la simplification, Thierry Mandon, a rendu visite aux agents de la Direction de l’information légale et administrative (DILA) pour évoquer le projet France Connect.

Plutôt que d’avoir un compte sur le site des Impôts, un sur celui de la CAF, et encore un autre sur celui de l’Assurance maladie, il n’y en aura plus qu’un seul qui fonctionnera sur tous les sites participants.

Plutôt pratique : plus besoin en effet d’avoir plusieurs identifiants et différents mots de passe pour accéder aux services publics en ligne concernés.

Le principal basculement devrait se faire via les impôts, en 2016

La transition se fera en douceur : dans un premier temps, ce sont les trois millions d’usagers ayant ouvert un compte sur mon.service-public.fr qui verront celui-ci se transformer automatiquement en un compte France Connect, au cours de l’année prochaine.

C’est au travers de ce site officiel qu’il est aujourd’hui possible de réaliser différentes démarches administratives en ligne, telles que les demandes d’actes d’État civil ou d’inscription sur les listes électorales, les déclarations de changement de nom ou de coordonnées…

La seconde phase devrait avoir lieu au printemps 2016, au moment des déclarations de revenus en ligne. « La DGFiP proposera aux contribuables de fédérer leur compte « impots.gouv.fr » avec France Connect. » Cette fois, le gouvernement espère que 10 millions de comptes supplémentaires seront créées.

La liste des administrations qui fonctionneront avec France Connect n’est cependant pas précisément délimitée, mais semble appelée à croître rapidement. L’exécutif évoque pour l’heure, outre les impôts, l’Assurance maladie et les CAF, ainsi que « les comptes d’organismes tels que Télé TVA et Net-Entreprises ». Il est même précisé qu’à terme, les sites d’EDF et de La Poste pourraient être rattachés au dispositif.

Des gains de temps et d’argent

Le gouvernement ne manque pas de vanter ses efforts en faveur de la simplification de la vie des contribuables, ce nouvel outil étant censé profiter aussi bien particuliers qu’aux entreprises ou aux associations. Si le coût de ce dispositif n’est pas indiqué, l’exécutif laisse entendre qu’il attend également en retour quelques économies de la part des différentes administrations participantes : « Aujourd’hui, chaque organisme met en œuvre ses propres dispositifs d’identification. Ces différents systèmes sont indépendants les uns des autres et s’avèrent globalement très coûteux. »

Rappelons enfin que dans le même ordre d’idée, le gouvernement a promis de mettre en place d’ici au 1er janvier 2017 le programme « Dites-le nous une seule fois », et ce au profit des particuliers comme des entreprises. Le principe est plutôt simple sur le papier : stocker au sein d’une base de données commune aux différentes administrations des informations « type » (revenus, état civil, adresse…), afin cela puisse ensuite resservir dès lors qu’il y a besoin d’effectuer de nouvelles démarches.

Source :

  • nextinpact.com

Retrouvez l'ensemble de nos formations dédiées à l'e-administration et à la dématérialisation