Les drones bousculent le secteur du bâtiment

14-11-2016

Les drones bousculent le secteur du bâtiment

Prise de vue aérienne afin de valoriser un bâtiment en vue de sa vente, vérification de l’état d’une toiture, réalisation d’un orthoplan… L’utilisation des drones dans le secteur du bâtiment ne fait que commencer et pourrait bien bousculer ces métiers.

Des drones pour des relevés efficaces et précis

Le drone est en passe de s’imposer comme un assistant indispensable aux chefs de chantiers et peut être de devenir un concurrent redoutable pour les géomètres. D’un usage simple, il permet d’accéder à des lieux difficilement accessibles : cheminées, ouvrages d’art, toitures, recoins, etc. Ceci, sans avoir besoin de bloquer une rue, d’installer des échafaudages ou des nacelles, et sans risquer l’accident de personne travaillant en hauteur.

De nombreux usages sont envisagés dans le secteur de la construction et plus encore, celui de la rénovation :

  • La réalisation de maquette d’immeuble en construction. Ces représentations 3D, réalisées régulièrement, permettent d’avoir une photographie précise de l’avancée des travaux, utile, soit pour coordonner les différents métiers ou soit pour informer les investisseurs.
  • La réalisation de relevés cotes et prises de vue avec une précision de 1mm à 5 cm, afin de générer un orthoplan. Un orthoplan étant un plan extrêmement précis d’un immeuble ou d’un chantier, servant de document commun aux différentes professions du bâtiment.
  • L’inspection visuelle et thermographique des bâtiments pour détecter les pertes de chaleurs.
  • La création de relevés topographiques sur les terrains
  • La pulvérisation de produit sur certaines surfaces : traitement des toits, peinture, insecticide pour les nids de frelons, etc.
  • La réalisation de vidéos promotionnelles pour les promoteurs et les agents immobiliers afin de faciliter la vente de biens.

L’usage de drone dans le bâtiment, un secteur prometteur

Une intervention avec un drone pour réaliser un orthoplan dure deux à trois fois moins longtemps qu’avec des scanners installés au sol, avec des contraintes logistiques moindres pour une meilleure précision.

Le groupe français Parrot, numéro deux mondial des drones civil a créé une filiale dédiée : Parrot Air Support et recruté une quinzaine de pilote de drones certifiés afin de se préparer à ce marché encore balbutiant, mais prometteur.

Le bâtiment n’étant pas le seul secteur impacté par les drones. L’agriculture en utilise régulièrement pour déterminer les zones sur lesquels il faut pulvériser des engrais.

Source :

Articles complémentaires :