3 grands défis pour le web de demain, d'après son inventeur, Tim Berner Lee

14-09-2017

Tim Berner Lee, inventeur du web

Tim Berners-Lee est considéré comme l’inventeur du World Wide Web, en 1989, alors qu’il travaillait au sein du CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire). Au début de l’année 2017, il a publié une tribune, sur l’évolution actuelle du web et trois grands défis à relever pour que le web reste la plateforme ouverte, telle qu’il l’envisageait à ses débuts.

1er défi : reprendre le contrôle sur les données personnelles

Internet fonctionne essentiellement sur un modèle de contenus et de services gratuit en contrepartie de la captation et de l’usage de nos données personnelles. Contrepartie souvent glissée dans les petites lignes rarement lues des conditions générales d’utilisation (CGU).

Si fondamentalement, nous voyons peu d’inconvénients à la collecte de données personnelles, quelque chose nous échappe pourtant. 

  • Ces données sont conservées, hors de notre vue et nous perdons les bénéfices que nous pourrions en tirer si nous en avions le contrôle et si nous pouvions choisir avec qui les partager. 
  • Nous n'avons aucun moyen de signaler aux entreprises quelles données nous préférerions ne pas partager, particulièrement avec des tiers.
  • Enfin, la collecte très systématique des données à d’autres implications : les gouvernements surveillent toujours plus nos moindres mouvements en ligne, votent des lois radicales, etc. La surveillance de tous, tout le temps, va trop loin avec des conséquences sur la liberté d’expression. Le web cesse d’être utilisé comme espace d’expression sur nombre de sujets sensibles comme la santé, la sexualité ou la religion.

2nd défi : lutter contre la désinformation

Internet est devenu un réflexe pour s’informer, que ce soit par le biais des réseaux sociaux ou des moteurs de recherche. Mais ces plateformes gagnent de l’argent avec notre attention et ce qui s’appelle l’économie des clics. 

Le contenu que l’on peut percevoir sur ces plateformes est donc trié par des algorithmes, en lien avec les données personnelles récoltées en permanence. Ainsi, nous ne voyons pas les mêmes contenus que nos voisins et inversement. En exploitant cette science des données, associées à des robots informatiques, des personnes peuvent truquer le système pour répandre des intox, des fake news, etc. afin d’arriver à leurs fins (projet financier, politique, etc.) 

3ème défi : la publicité politique en ligne doit être transparente et comprise

La publicité politique est devenue extrêmement sophistiquée : En se basant sur l’abondance des données personnelles, l’usage des algorithmes et le fait que la plupart des personnes ne s’informent que par un nombre restreint de sites internet, les campagnes électorales élaborent désormais des messages publicitaires quasiment personnalisés. Ainsi durant l’élection américaine de 2016, jusqu’à 50 000 variantes de messages publicitaires étaient présentées chaque jour sur Facebook. Une situation presque impossible à surveiller (source : https://www.theguardian.com/technology/2016/dec/04/google-democracy-truth-internet-search-facebook)

Certaines publications renvoyant les internautes vers des intox (fake news), d’autres pour les dissuader d’aller voter, etc. La publicité politique ciblée permet à une même campagne de présenter des messages radicalement différents, voire contradictoires, à différents groupes de personnes. 

Cette réflexion de Tim Berner Lee, sur le champ politique, pourrait également être élargie aux stratégies d’influences d’entreprises qui achètent médias, influenceurs, études scientifiques.

Quelques pistes d’actions

Les problèmes sont complexes et les solutions ne sont pas évidentes. Tim Berner Lee, président de la Web Foundation suggère quelques pistes de travail : 

  • Travailler de concert avec les géants du numérique pour trouver un équilibre qui rende aux personnes un juste niveau de contrôle sur leurs données, quitte à développer de nouveaux outils technologiques ou rechercher de nouvelles sources de revenus (abonnement payant, micro-paiement, etc.)
  • Lutter contre les lois trop invasives et la surveillance des gouvernements. 
  • Contrer la désinformation en aidant les points d’entrée sur le Web que sont Google et Facebook à poursuivre leurs efforts, tout en évitant de créer une institution centrale qui déciderait de ce qui est vrai ou non.
  • Plus de transparence sur les algorithmes pour comprendre comment les décisions importantes qui peuvent affecter nos vies sont prises
  • Réglementer les campagnes politiques sur Internet. 

Sources :

Pour prolonger votre lecture

Vous souhaitez aller plus loin ? Profitez de nos formations !